Rejoignez plus de 25 000 lecteurs !

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT MES 12 ASTUCES POUR MIEUX MANGER

5 minutes pour comprendre l’équilibre acido-basique et améliorer votre santé

S’il s’agit pourtant d’un pilier de notre santé, l’équilibre acido-basique est très certainement une des notions les moins connues du grand public. Avec des enjeux grandissants – comme beaucoup de mécanismes du corps face à notre mode de vie moderne – sa compréhension est un atout santé crucial ! Et comme dans la plupart des cas, nous allons voir qu’avec une alimentation naturelle et variée, du zen et un peu de curiosité, l’essentiel est assuré.

Quelques généralités

Tout d’abord, qu’entend-on par « équilibre acido-basique » ? Cette notion est très simple à appréhender et fait d’une part référence au Ph du sang (la mesure de son acidité) et d’autre part aux mécanismes qui permettent à l’organisme de gérer ses fluctuations.

La valeur de base du Ph sanguin est de 7,40 et peut varier de 0,02 dans un sens comme dans l’autre (7,38 ou 7,42). Pour se repérer, un Ph dont la valeur est comprise entre 0 et 7 est dit « acide » tandis qu’un Ph dont la valeur est comprise entre 7 et 14 est lui, dit « alcalin ».

Le Ph du sang est donc très légèrement alcalin et connait des fluctuations. Celles-ci sont principalement dues au fonctionnement des organes, au stress, à la gestion des aliments par le système digestif ou encore aux aliments eux-mêmes.

Et pour leur faire face, le corps met en place plusieurs mécanismes via les reins et l’urine, les poumons et la respiration ou encore la rétention d’eau.

Un équilibre vital

Outre une « usure » des organes intervenants dans la régulation du Ph en cas de fluctuations trop importantes et trop fréquentes (dues par exemple à une alimentation trop acide), un équilibre acido-basique malmené peut conduire à des complications osseuses et cardiaques.

A contrario, le maintien sans grande lutte d’un Ph sain favorise tous les autres mécanismes de l’organisme et les fluidifie. Et pour bien faire, il est bien sur question d’alimentation, comme nous le verrons plus tard, mais aussi de mode de vie.

Un corps fatigué et empoisonné par le tabac, par exemple, ne sera pas à même d’assimiler la totalité des nutriments contenus dans les aliments. Et les minéraux, au rôle essentiel dans la gestion de l’acidité, seront les premiers concernés !

Un phénomène lourd de conséquences puisque le corps, ne trouvant pas ces minéraux en quantité suffisante à travers l’alimentation, va directement puiser dans les os et ainsi les affaiblir. La voie de la fragilité osseuse est alors toute tracée !

Le stress ou l’éternel ennemi

Surmenage, stress, anxiété, les tensions du quotidien sont particulièrement impactantes sur l’équilibre acido-basique. Si notre alimentation moderne comporte son lot de difficultés, avec la multiplication des pesticides et des additifs, notre mode de vie représente à lui seul un vrai défi.

Facteur majeur d’acidité, le stress dérègle autant notre métabolisme que notre mécanique hormonale. Son influence se fait sentir sur chaque mécanisme de l’organisme qu’il parasite et transforme systématiquement en véritable usine d’acide.

De son action sur le pancréas et l’insuline, qui nous prédispose aux dérèglements alimentaires tels que la boulimie et la dépendance au sucre, jusqu’au sabotage des sécrétions hormonales duquel résulte un flot massif et continue d’adrénaline (toxique à long-terme), le stress agit comme un véritable virus.

Ainsi, aujourd’hui plus que jamais, la gestion du stress se révèle incontournable en matière de santé. Il s’agit de faire taire un mal aussi physiologique que psychologique et d’atteindre un bien-être du corps et de l’esprit.

Méditation, visualisation, respiration, je vous laisse découvrir quelques-unes de mes astuces antistress en téléchargement gratuit.

À lire également :
5 bonnes habitudes pour être plus zen
3 exercices de visualisation pour changer votre quotidien
3 minutes pour ralentir votre vieillissement

Découvrez mes 8 astuces
pour être plus positif !

Des aliments à privilégier ?

La notion d’équilibre acido-basique ramène d’ordinaire à l’alimentation et ses éléments pro-acidifiants et pro-alcalinisants. Une question qui nous a rapidement amené à classer les aliments en deux catégories. Rapidement ? Hâtivement, plutôt, car la réponse n’est pas aussi binaire que cela.

Si les aliments sont souvent répartis en deux groupes, avec d’un côté les dits « alcalinisants » et de l’autre les « acidifiants », il est en réalité peu évident de déterminer concrètement leur impact sur l’équilibre acido-basique et ce pour plusieurs raisons.

Prenons par exemple le légume le plus alcalinisant de tous. Si ce légume pousse dans un champ copieusement arrosé de souffre et de fongicide, ses propriétés alcalinisantes ne feront pas le poids face à l’acidité apportée par tous ces traitements. Et malheureusement, le bio n’y change rien puisqu’il ne fait absolument pas barrière à l’utilisation du souffre dans les cultures.

D’autre part, un fruit cueilli bien avant son stade de maturité (une banane en supermarché par exemple) est loin de ses teneurs en micronutriments une fois mure. Ce qui fait de lui un aliment dit alcalin n’est pas encore présent en quantité suffisante. De quoi renforcer une fois de plus l’intérêt d’une agriculture raisonnée et des circuits courts.

Grosso modo ? Il est tout de même possible de dégager des tendances et ainsi d’éviter une trop grande consommation d’aliments dont l’impact sera obligatoirement néfaste sur l’équilibre acido-basique.

Les végétaux, dans leur ensemble, sont alcalinisants s’ils sont issus d’une agriculture raisonnée, tout comme les épices et l’eau.

Côté acidifiant, on retrouve la viande, les céréales, les produits laitiers, le sucre, l’alcool, les farines et pour fer de lance, les sodas ainsi que les produits transformés, agrémentés de stabilisants et de conservateurs.

À lire également :
4 substances toxique à bannir pour rester en bonne santé

Les jus, la botte secrète

Nous avons vu que les fruits et légumes étaient dans l’ensemble alcalinisants et gorgés de minéraux. Nous avons également dégagé l’importance de ces minéraux dans la gestion de l’acidité et évoqué le principe de capacité d’absorption de ces micronutriments comme problématique chez certaines personnes. Il est donc temps d’aborder la question des jus !

Pressés à froid, les végétaux consommés en jus représentent un atout fantastique dans la quête d’une consommation de minéraux optimale et ce pour deux raisons. La première : un litre de jus contient une quantité de végétaux qu’il est très rare de consommer entiers aussi facilement (une bouteille d’un litre à un litre et demi peut par exemple contenir deux pommes, une grosse orange, cinq carottes, 100g de chou kale, 100g d’épinard, un demi concombre, un dé de gingembre, un dé de curcuma et un citron).

La deuxième est une conséquence directe de la presse à froid. Ce mécanisme va « casser » les fibres des fruits et légumes au sein desquelles sont retenues les micronutriments et ainsi en faciliter grandement leur absorption.

On se retrouve donc avec une grande quantité de végétaux dont les micronutriments sont rendus pleinement disponibles pour l’organisme. Une occasion parfaite de faire le plein !

En quelques mots

L’équilibre acido-basique a toutes les raisons d’attirer notre attention tant par les complications qu’il peut engendrer que par la grande simplicité avec laquelle il est possible de s’en prémunir.

Un stress réduit au possible, une alimentation variée, la plus naturelle possible et riche en végétaux soigneusement choisis, quelques bons jus aussi délicieux que revitalisants pour celles et ceux qui souffrent de problème d’absorption et le tour est joué.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mes ateliers en ligne

Vous voulez perdre du poids sainement et durablement ? Apporter les changements nécessaires pour ne pas reprendre de poids et être plus en forme ? Plus dynamique ? Et si vous vous inscriviez à l'atelier en ligne "L'équation de la perte de poids" ?
Vous voulez remettre votre corps au centre de vos priorité ? Vous désirez améliorer votre alimentation mais vous ne savez pas vraiment par où commencer ? Inscrivez-vous et apprenez les bases de la nutrition santé.
Comment passer à l’action ? Comment entretenir sa dynamique ? Et si c’était finalement très simple ? Boostez votre motivation grâce aux nombreux outils de cet atelier - dont vous récolterez les fruits pour de nombreuses années !