Rejoignez plus de 32 000 lecteurs !

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT MES 12 ASTUCES POUR MIEUX MANGER

Le yoga pour soulager les douleurs chroniques ?

Si le yoga semble enfin se défaire de son étiquette de « sport à mamie » qui lui colle aux basques depuis des années, il est peut-être encore un peu tôt pour rattacher cette fantastique discipline aux outils thérapeutiques modernes.

Par manque d’arguments scientifiques ? Non, bien au contraire ! Du côté des chercheurs, cela ne fait plus aucun doute, le yoga est en base de la pleine santé. Et même plus encore ! Mais s’il a fallu autant de temps pour démocratiser la pratique du yoga avant 60 ans, peut-être en faut-il encore un peu pour évoquer ouvertement ses effets sur la mémoire, le vieillissement cellulaire, la plasticité cérébrale ou encore les douleurs chroniques !

Prenons les neurosciences par exemple. Où que l’on regarde, qu’importe le mécanisme étudié, pour peu que l’on aille suffisamment loin dans sa compréhension, on aboutit très (très) souvent à ce même constat : le yoga se fait l’outil idéal de son fonctionnement optimal.

Et quelle chance, il est universel !

Alors, comment peut-on relier des postures, des étirements et de la méditation au soulagement des douleurs chroniques, un mal aussi criblant qu’encore mal compris ? Pour répondre, penchons-nous dans un premier temps sur la douleur en elle-même et ce qu’il se passe dans le cerveau lorsque l’on souffre.

Une histoire d’émotions

Quand nous nous faisons mal, la douleur active une succession d’aires cérébrales avec en tête le cortex somato-sensoriel primaire, le cortex insulaire et le cortex cingulaire antérieur. Et c’est de ce dernier dont nous allons le plus parler. Il se trouve derrière la dimension émotionnelle de la douleur et va, de ce fait, jouer un rôle central dans sa modulation.

Pourquoi ? Parce que la douleur est une affaire d’émotion.

Si nous lésons cette partie du cerveau chez une personne qui souffre de douleurs chroniques, cette dernière va par exemple conserver la sensibilité au toucher mais en perdre l’aspect intolérable.

Concrètement ? Cela nous amène à détailler notre définition de la douleur, que nous ne pouvons désormais absolument plus dissocier de l’émotionnel. En clair, une douleur sans l’aspect indésirable et intolérable n’est plus une douleur.

Et au contraire, si le cortex cingulaire antérieur est stimulé (électriquement par exemple), on observe une douleur proportionnelle à l’intensité de la stimulation.

C’est donc cette partie du cerveau que l’on va cibler dans le traitement de la douleur. Son activité est directement reliée à notre ressenti et tenez-vous bien, le yoga, par le biais de sa dimension méditative, permet de la moduler !

Les neurosciences de la méditation

La science ne compte plus les sujets d’études placés en pleine méditation sous le scope de ses meilleurs appareils. Depuis une vingtaine d’années maintenant, les chercheurs ne cessent de découvrir ainsi de nouveaux bienfaits de cette belle pratique sur l’organisme.

Nous savons désormais, par exemple, que les pratiquants réguliers sur lesquels on applique un stimulus de douleur présentent une réponse atténuée. La méditation leur confère une meilleure capacité de moduler la douleur et leur permet donc de mieux la supporter.

Et il ne s’agit pas réellement de s’en détourner, comme on pourrait l’imaginer, mais plutôt de mieux la tolérer. Cela va même plus loin ! Aussi contre-intuitif que cela puisse paraitre, les pratiquants réguliers auront tendance à davantage ressentir la douleur, avec plus de précision. Leur conscience du corps et l’affinement de leurs perceptions prodigués par la méditation les amènent à percevoir la douleur plus franchement, mais ils disposent d’un bien meilleur contrôle sur sa modulation et de ce fait, la subissent et souffrent nettement moins.

Une flamme, un peu d’imagination… et plus de douleur !

Concrètement, la méditation va moduler l’activité de certaines structures clés dans la gestion de la douleur, et nous retrouvons parmi elles notre cortex cingulaire antérieur.

Lorsque l’on a demandé aux sujets d’une étude de visualiser une flamme, de l’associer à l’activité de cette partie du cerveau puis de doucement faire diminuer le volume de la flamme, on a clairement pu observer une diminution de l’activité du cortex cingulaire antérieur.

Incroyable non ? Un simple exercice de visualisation, capable de modifier l’activation d’une zone précise du cerveau ! On frôle de peu la science-fiction des plus inspirés, qui pourrait presque nous faire appréhender la méditation comme une télécommande reliée à notre encéphale !

Et ça, Christopher deCharms, neuroscientifique spécialisé dans les nouvelles technologies permettant de mesurer et de modifier l’activité du cerveau, a réussi à le reproduire et ainsi permis à des personnes douloureuses chroniques de diminuer voire de supprimer leurs douleurs sur des périodes allant jusqu’à plusieurs mois !

Et encore une fois, la marque de l’émotionnel est très présente. Dans les protocoles de visualisation méditative comme celui-ci, pour que l’effet soit optimal, il est important de leur donner un caractère très individuel. Il faut trouver une manière parfaitement personnelle de représenter sa douleur pour, par la suite, la faire perdre en intensité.

Ces études représentent une avancée incroyablement réjouissante donc ! Nous avons la possibilité de réduire l’activité du cortex cingulaire antérieur, ce qui diminue en conséquence la dimension émotionnelle de la douleur et permet à des personnes souffrant de douleurs chroniques de vivre en paix avec leur douleur, puisque cette dernière devient supportable.

Et le yoga dans tout ça ?

Et bien le yoga, via sa dimension méditative, se fait l’ajout idéal à la routine quotidienne (ou du moins hebdomadaire) de toutes les personnes atteintes de douleurs chroniques ou qui souffrent régulièrement à causes de blessures récurrentes et de céphalées persistants par exemple.

Si cela ne semble pas très franc de prime abord, puisque lors de ses premières séances, on se focalise énormément sur sa posture et sur sa respiration, on observe cependant relativement rapidement, au fil du temps, un certain « décrochage ».

L’habitude nous permet alors un certain repos de l’attention, et nous redistribuons notre concentration pour entrer doucement dans une méditation légère et quasi-automatique lors de chaque séance.

On peut tout à fait voir ça comme notre attention, pleinement captée par le laçage de nos chaussures lors de nos premiers essais, qui se défait doucement et laisse notre esprit vagabonder avec l’habitude.

Un outil universel

Il est très simple pour un professeur d’adapter le yoga à toutes les contraintes que nous pouvons rencontrer durant notre vie. Perte de mobilité, apparition de douleurs, fatigue et manque de forme, les portes du yoga ne nous sont jamais fermées et rendent sa pratique absolument universelle.

Un pilier de plus sur le merveilleux socle du yoga et qui soutient sa perfection en tant que pratique, passion et gage de pleine santé.

Comment débuter ? Comment pratiquer ?

S’il est recommandé de s’initier avec un professeur, de découvrir les postures avec un positionnement idéal et donc corrigé par des mains expertes, il existe cependant de très bons pédagogues, qui permettent par l’intermédiaire des nouveaux médias d’être aiguillé au mieux dans sa pratique.

C’est le cas de YogiLab, l’excellente plateforme de yoga en ligne animée par Tiphaine Cailly et sa belle équipe de professeures passionnées. On y retrouve des cours spécialisés et adaptés au temps que l’on peut ponctuellement consacrer à sa pratique, des cours axés sur des thématiques très précises, des sessions de perfectionnement pour consolider les postures de bases… Bref, on y trouve de tout et le catalogue ne cesse d’être développé.

Une solution idéale pour celles et ceux qui ne trouvent pas de professeur à proximité ou qui, d’ores et déjà initiés, cherchent à approfondir leur pratique et la concilier avec un planning chargé.

Vous pouvez retrouver trois cours gratuits en cliquant ici. L’occasion d’expérimenter le yoga, la pédagogie de Tiphaine et la plateforme en elle-même, sur laquelle on retrouve également un blog dynamique.

Méditation, visualisation, quelques ressources

Il y a quelques mois, je proposais ici même « 3 exercices de visualisations pour changer votre quotidien » et sur lesquels il est tout à fait possible de se baser pour expérimenter cet outil formidable et très efficace.

Une publication à laquelle s’ajouteront sur une base régulière des fiches et des guides en téléchargement gratuit à retrouver dans la section contenu gratuit du site.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mes programmes en ligne

Vous voulez perdre du poids sainement et durablement ? Apporter les changements nécessaires pour ne pas reprendre de poids et être plus en forme ? Plus dynamique ? Et si vous vous inscriviez à l'atelier en ligne "L'équation de la perte de poids" ?
Vous voulez remettre votre corps au centre de vos priorité ? Vous désirez améliorer votre alimentation mais vous ne savez pas vraiment par où commencer ? Inscrivez-vous et apprenez les bases de la nutrition santé.
Comment passer à l’action ? Comment entretenir sa dynamique ? Et si c’était finalement très simple ? Boostez votre motivation grâce aux nombreux outils de cet atelier - dont vous récolterez les fruits pour de nombreuses années !