Sauter le petit-déjeuner ? 4 raisons d’essayer le jeûne-intermittent

Alors, voilà le plan :

C'est parti !

Comme d’habitude, on prend le temps qu’il faut pour décrypter le sujet. Garde ça en tête : on applique bien mieux ce que l’on comprend.

Sauter le petit-déjeuner ? Et si ce n’était pas si mal que ça ? Et si c’était même BON POUR LA SANTÉ ?

Le jeûne intermittent, beaucoup le pratiquent sans vraiment le savoir. 16h de jeûne, on concentre nos repas sur 8h de la journée, ça revient grosso modo à ne pas petit-déjeuner et contrairement à ce qu’on t’a surement déjà dit, CE N’EST PAS FORCEMENT UNE MAUVAISE CHOSE.

Nous avons aujourd’hui DES TONNES D’ÉTUDES QUI NOUS LE PROUVENT : SAUTER LE PETIT-DÉJEUNER A DES EFFETS POSITIFS SUR LA SANTÉ !

Et ça, ça nous amène à se poser pas mal de questions !

Pour commencer : qu’est-ce qui nous faisait dire jusque là que le petit-déjeuner était le repas le plus important de la journée ? Si s’en passer présente des bienfaits, on est en droit de se demander si ce que l’on disait était BEL ET BIEN FONDÉ, non ?

Ensuite, que gagne-t-on à jeûner le matin ? Quels sont ces fameux bénéfices apportés par une matinée passée l’estomac vide ?

On va répondre à tout ça et comme d’habitude, on va commencer par débroussailler.

petit-déjeuner

La question du petit-déjeuner : un vrai bazar

En fait, LA QUESTION DU PETIT-DÉJEUNER EST UN VRAI BAZAR !

Je ne t’apprendrai pas que le jus d’orange n’a plus vraiment la côte (tu peux lire mon article sur les glucides pour comprendre pourquoi).

Idem pour la baguette de pain, qui en plus de provoquer les mêmes effets sur ta courbe de poids que le jus d’orange va également ramener le problème du gluten sur la table (là encore, tu peux lire mon article sur le lait et le gluten pour savoir exactement de quoi il s’agit et ce que ça fait dans ton corps).

Donc non-seulement l’importance absolue du petit-déjeuner est sacrément remise en cause mais en plus de ça, on se rend compte aujourd’hui qu’on retrouve sur la table PLEINS D’ALIMENTS PAS SI CHOUETTES QUE CA.

Alors, Pourquoi on nous a tant répété que sauter le petit-déjeuner était mauvais…

En fait, il y a un autre moyen de se poser cette question.

Remplace « pourquoi » par « qui »…

QUI nous a tant répété que sauter le petit-déjeuner était mauvais ?

Et bien… ce n’est certainement pas la science !

Quand on y pense, par quel moyen peut-on déterminer qu’un repas est le plus important de la journée ?

Nous n’avons déjà pas les mêmes rythmes de vie en habitant dans le même pays, imagine à l’échelle d’une planète avec 7 milliards d’êtres humains et des centaines de cultures différentes.

La réponse à cette question, elle est la même que pour beaucoup d’autres sur l’alimentation : L’INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ! (Je te renvoie vers mon article « Lait et gluten, c’est quoi leur problème« , on en parle plus en détail)

C’est l’industrie agroalimentaire qui nous a sorti : « le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée ».

Et côté efficacité, il faut reconnaitre que c’est du génie : ce slogan sort de la bouche de nos médecins et même de certains professionnels de la nutrition.

Ce que la science en dit, elle, c’est que le petit-déjeuner n’a rien d’obligatoire quant à la pleine santé, et que s’en passer est à l’origine de plusieurs effets bénéfiques !

Et cela va même plus loin : si on analyse le petit-déjeuner traditionnel, ce n’est pas qu’il n’est pas indispensable, c’est même qu’il est néfaste !

Les études mettent très facilement en lumière l’effet négatif d’une forte consommation de glucides au matin sur la cognition, le poids, la concentration ou encore la santé métabolique.

Et côté glucides on est servi avec le petit-déjeuner. Pain, confiture, jus d’orange et céréales, la science n’argumente absolument pas en faveur de cette configuration, au contraire, elle ne cesse de nous prouver qu’il faudrait plutôt lever le pied sur ces aliments ! (si la question t’intéresse, j’ai écrit un livre sur le petit-déjeuner : le grand guide du petit-déjeuner)

Petit-déjeuner jeûne-intermittent

« oui mais des chiffres montrent que les gens qui ne petit-déjeunent pas sont en moins bonne santé… »

Et si on questionnait les chiffres qu’on te présente ?

Les statistiques qui te montrent que le saut du petit-déjeuner n’est pas bon pour la santé sont d’excellents exemples de manipulation des chiffres.

Selon les statistiques, les gens qui ne prennent pas de petit-déjeuner seraient plus à même de développer certaines maladies comme des troubles cardio-vasculaires ou le diabète…

Mais… sommes-nous vraiment sur de ça ? Sommes-nous sûrs que le simple fait de ne rien manger le matin cause ces problèmes de santé ?

Et bien pas du tout ! Prenons un exemple : le végétalisme. Si on met les chiffres à plat, ils tendent à dire que les végétaliens sont moins sujets à l’hypertension et à l’obésité par exemple.

On est donc vite tenté de conclure que la viande cause cette hypertension et expose clairement les consommateurs au surpoids.

Mais réfléchissons cinq minutes. On ne naît pas végétalien, on le devient. C’est donc un choix.

Un choix qui dénote une certaine conscience de sa santé, une certaine attention à l’égard de son corps et qui induit dans la plupart des cas une meilleure hygiène de vie.

On trouvera donc logiquement moins de fumeurs chez les végétaliens, tout comme on comptera bien plus de sportifs.

Autant de données qui faussent complètement la donne et qui ne nous permettent pas, à partir de ces simples statistiques, d’aboutir honnêtement à un lien direct entre la consommation de viande (quelle qu’elle soit) et l’obésité ou encore la survenue de complications cardiovasculaires. (* petite parenthèse un peu plus bas)

ET BIEN IL EN VA DE MÊME POUR LE PETIT-DÉJEUNER !

Parmi celles et ceux qui ne petit-déjeunent pas le matin, beaucoup le font, non pas pour les excellents bienfaits dont on va parler juste après mais par « manque de temps » ou d’organisation.

Chez ces personnes, nous aurons donc plus de chances de voir des assiettes composées de nourriture industrielle et globalement, une hygiène de vie moins soutenue.

Autant de causes plus probables que le saut du petit-déjeuner pour expliquer les risques de troubles cardio-vasculaires et de diabète !

* Ne nous méprenons pas, la viande est loin d’être blanchie dans le cas de nombreux troubles de la santé. Il faut cependant solliciter de véritables études et non une vue d’ensemble pour en faire le procès.

Petit-déjeuner jeûne-intermittent

Les bienfaits du jeune-intermittent

Ils sont nombreux, et je te propose de commencer par le plus direct : jeûner le matin permet une meilleure utilisation des graisses.

Et rien de farfelu, c’est purement «mécanique», tu vas voir !

Lorsque nous jeûnons, l’organisme utilise notre dernier repas pour produire de l’énergie puis, une fois au bout, enrôle le foie et puise dans les graisses pour continuer d’assurer son bon fonctionnement.

C’est une sorte d’alimentation alternative qui est mise en place par notre corps une fois qu’il est à court de son fuel principal.

Et si tu te souviens bien, en intro, on a vu que le jeune-intermittent, c’était un jeûne d’environ 16h. Et ça, c’est une période de temps qui va être suffisante pour accéder à cette première conséquence du jeûne.

Si tu t’arrêtes vers 20h et que tu déjeunes le lendemain vers midi, tu as tes 16h.

Alors, je ne suis pas pour qu’on voit le jeûne-intermittent comme une façon de perdre du poids. C’est super réducteur, il y a plein d’autres effets très bénéfiques pour ta santé, des effets à placer bien avant en terme de priorité, mais on ne peut pas le nier : C’EST UN EXCELLENT MOYEN DE BRULER DES GRAISSES.

1) Moins de graisse, plus de muscle

La perte de masse graisseuse est donc une conséquence logique de ce système énergétique alternatif. Parce que le corps puise naturellement dans nos réserves pour s’alimenter en énergie, mais aussi grâce à une meilleure production d’hormones de croissance !

En effet, pendant le sommeil, le corps sécrète des hormones de croissance, et ce, nous l’avons compris que plus récemment, parce qu’à ce moment, notre taux d’insuline est relativement faible.

Autrement dit, ce n’est pas parce que nous nous levons que la sécrétion d’hormones de croissance s’arrête mais parce que nous mangeons.

Une tartine, du jus d’orange ou des céréales au lever vont amener des glucides en grande quantité à l’organisme et provoquer la sécrétion d’insuline. Cette dernière va accompagner la digestion et malheureusement faire stopper la production d’hormones de croissance.

Sauter le petit-déjeuner va donc permettre de prolonger cette production dans la matinée et de ce fait augmenter LA DÉGRADATION DES GRAISSES !

Et ça ne s’arrête pas là ! Car qui dit hormone de croissance dit masse musculaire. Cette sécrétion prolongée va également se traduire par une meilleure synthèse protéïque – en d’autres termes, par un meilleur développement musculaire.

2) Les pensées fluides et l’esprit vif

Si tu essaies le jeûne-intermittent, tu vas rapidement noter des effets positifs et très appréciables sur ta cognition.

Après quelques jours seulement, tes matinées vont devenir bien plus productives et tes pensées beaucoup plus riches.

Une meilleure concentration, une réflexion plus fluide, le jeûne-intermittent va t’apporter une certaine efficacité et une fraicheur intellectuelle très plaisante.

POURQUOI ? Parce que si on schématise grossièrement, ton corps a 4 canaux de dépense d’énergie.

  1. La digestion
  2. La dépense physique (quand tu bouges, tes muscles sont sacrément gourmands en énergie)
  3. La dépense cognitive (ton cerveau consomme beaucoup quand il tourne à plein régime)
  4. La maintenance du corps (ton foie et tes reins par exemple, gèrent en permanence la maintenance de ton corps)

Si tu fais sauter la digestion, toute ton énergie va donc être répartie sur 3 canaux et non plus 4. Tu vas donc avoir beaucoup plus d’énergie sur chaque canal, et ta cognition va être boostée pendant la matinée.

Et en revanche, si tu manges en grande quantité et que ta digestion pompe toute ton énergie, ET SI TU RAJOUTES A CA l’effet d’une tonne de glucides avec le combo tartine – confiture – céréales – jus d’orange, autant dire que ta capacité de concentration va vite ressembler à celle d’un poisson rouge.

Et c’est d’ailleurs bien souvent en interrompant ponctuellement le rythme du jeûne-intermittent que les gens s’en font la remarque !

Si tu n’as plus l’habitude de petite-déjeuner, en prenant un petit-dej occasionnel, tu peux vite constater une certaine lourdeur, et un inconfort aussi bien physique que mental.

3) Une meilleur sensibilité à l’insuline

Jeûner, c’est réduire ta sécrétion d’insuline dans la journée. Et ça, c’est une conséquence qui participe directement à l’amélioration de ta sensibilité à l’insuline.

Et c’est excellent pour la santé !

Comme on le voit dans mon article sur les glucides et l’alimentation low-carb, lorsque tu manges des aliments riches en glucides, ta glycémie augmente et ça, ton organisme ne le tolère pas.

C’est un véritable stress pour lui, une priorité qu’il va gérer à l’aide d’une hormone appelée insuline.

Son rôle est simple, elle envoie un message aux cellules leur disant d’absorber le glucose en excédent pour retrouver une glycémie normale. Le mécanisme est rôdé, ton corps a géré sa priorité, tout rentre dans l’ordre.

MAIS, lorsqu’il est constamment dans l’urgence et fait face à des pics glycémiques toujours plus forts et plus nombreux, l’insuline perd de son impact.

Ta santé métabolique vacille et tu mets alors le cap vers de fâcheuses complications.

C’est exactement comme avec l’alcool par exemple. Au début, il ne te faut qu’un verre bien corsé pour être saoul, mais si tu en bois très régulièrement, il t’en faudra plus pour le même résultat.

Et bien c’est pareil pour ta dynamique insulinique. Et jeûner le matin te permet de retrouver une meilleure sensibilité à l’insuline. C’est rester sobre jusqu’à revenir au stade où un petit verre suffit à te faire tanguer.

saoul

4) Une meilleure longévité

Jeûner le matin c’est donc puiser davantage dans les graisses, créer plus facilement du muscle, améliorer sa sensibilité à l’insuline. Et c’est aussi une baisse des risques cardio-vasculaires et cancéreux, une diminution de l’inflammation et une meilleur longévité !

Le jeûne-intermittent améliore l’autophagie, que l’on peut voir comme la capacité qu’ont nos cellules à s’autodigérer et de ce fait recycler leurs composants malsains.

C’est avec ce mécanisme que sauter le petit-déjeuner nous permet de résister davantage à la maladie tout en assurant une détoxification permanente.

Laisser notre corps tranquille lui permet bien des choses ! Notre tendance à multiplier les encas le laisse parfois à bout de souffle et le jeûne-intermittent, rendu extrêmement simple en dormant 8h sur les 16h de jeûne, permet de lui octroyer un moment de calme SUPER BENEFIQUE.

Quelques clés pour optimiser votre jeûne-intermittent

Alors, si tu décides d’essayer le jeûne-intermittent, voilà comment t’y prendre (si tu le pratiques déjà, ces quelques conseils peuvent t’aider à perfectionner ce que tu fais déjà).

Pour tirer le meilleur de ce jeûne-intermittent, il te faut tout d’abord soigner te apports alimentaires et limiter la nourriture transformée. Cuisiner un maximum, consommer beaucoup de légumes et t’hydrater davantage constitue une très bonne base !

Ensuite, il est conseillé de maintenir des apports en protéines et en lipides importants, de privilégier leur qualité et de veiller à un bon équilibre oméga-3 / oméga-6. Tu as pour chacun de ces sujets des articles qui t’expliquent comment avoir tous les voyants au vert, tu peux y jeter un œil pour voir si tu es sur les bons rails.

Il est aussi conseillé de se diriger vers des glucides à faible index glycémiques et d’éviter les pics. Tu as des pistes pour ça dans mon article : « glucides, l’extraordinaire pouvoir de l’alimentation low-carb« .

Petit-déjeuner jeûne-intermittent

Petit-déjeuner, En conclusion

Pratiquer le jeune intermittent, c’est :

  • Approcher les nombreux bienfaits du jeûne
  • Tout en gardant un maximum de simplicité puisque ça ne change rien au déjeuner ni au dîner
  • Aucune contrainte sur le plan social : il t’est toujours possible de déjeuner avec tes collègues, de diner avec tes amis, etc.

Le petit-déjeuner n’est non seulement pas obligatoire, mais il est surtout à revoir :

  • Le petit-déjeuner traditionnel est complètement déséquilibré, on n’y retrouve que des glucides, en trop grandes quantités et avec des index glycémiques trop élevés.
  • Dans sa forme la plus commune, il n’apporte aucune satiété et démolit la concentration.

En fait, concrètement, lorsque l’on étudie les glucides, et que l’on fait la liste des « pires » glucides quant à leur impact sur la glycémie, on liste tout simplement les ingrédients du petit-déjeuner français. Pain, confiture, jus d’orange, pâte à tartiner, céréales petit-déjeuner, biscuits…

Avec une configuration pareil, personne ne peut éviter la fringale de 10h, des comportements alimentaires complètement faussés par une glycémie en mode montagnes russes et un flirt assuré avec des problématiques métaboliques type diabète.

L’idée, c’est donc de se tourner davantage vers les lipides et les protéines, et ça, c’est l’objet de mon livre. Pour plus d’infos sur le meilleur petit-déjeuner pour la santé, celui qui tient au corps, évite la fringale et booste ta santé, tu peux te procurer « Le grand guide du petit-déjeuner« .

Le jeune-intermittent, la nouvelle meilleure façon de bien manger ?

Alors, la question m’est souvent posée : est-ce que le jeûne-intermittent est la « meilleure » façon de s’alimenter pour être en forme et mener une vie saine ?

Restons relatifs ! Si pratiquer le jeûne-intermittent a de très nombreux bienfaits, il ne faut pas pour autant jeter le modèle standard aux oubliettes.

Il faut plutôt le voir comme une très belle option pour celles et ceux qui ne sont pas fans du petit-déjeuner. Si manger le matin, ce n’est pas pour toi, inutile de te forcer, autant partir de tes habitudes et de tes affinités pour créer TA PROPRE FAÇON DE BIEN MANGER.

Je le dis sans arrêt : nous sommes plusieurs milliards, tous différents, et ce qui marche pour l’un ne marche pas systématiquement pour l’autre. Je ne peux que t’encourager à essayer quelques mois et te faire ta propre idée.