Rejoignez plus de 21 000 lecteurs !

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT MES 12 ASTUCES POUR MIEUX MANGER

Comment se motiver pour maigrir et se mettre au sport ?

Si nous partageons tous l’envie de soigner sa diète, de tenir ses séances de sport ou encore de lire cette pile de bouquins qui n’arrête pas de grandir, nous n’avons cependant pas tous la même faculté à passer à l’action.

Quand certains semblent n’éprouver aucune difficulté à s’investir par vents et marées dans des projets toujours plus fous, d’autres se retrouvent fréquemment en naufrage après une grosse journée de travail, échoués sur le canapé à des miles de chausser leurs runnings, de dévorer un bon roman, de préparer un dîner ou leur déjeuner sain et équilibré du lendemain…

Alors, logiquement, la question se pose : pourquoi parfois, la volonté nous abandonne-t-elle à ce point ? De très bonnes recherches et un peu de recul nous permettent aujourd’hui d’y voir plus clair sur la motivation et son fonctionnement.

Comment passer à l’action ? Comment entretenir sa dynamique ? Et si c’était finalement très simple ?

1 – La motivation est un muscle

Pour bien comprendre comment fonctionne la motivation, il faut la voir comme un muscle. Un muscle, qui comme tous les autres, peut être plus ou moins développé, qu’il est possible de renforcer, et qui doit être nourri et mis au repos lorsque nécessaire.

Une quantité limitée

Si vous vous placez sur une piste d’athlétisme et que vous commencez à enchainer les tours, vous allez progressivement épuiser vos réserves d’énergie et vos jambes n’auront plus la même dynamique après 10 tours, 20 tours, etc.

De la même manière, chaque matin, nous démarrons la journée avec une quantité limitée de motivation. Et notre routine du matin, notre matinée de travail, notre pause déjeuner, notre après-midi, tout cela consomme de la motivation au même titre que faire des tours de piste consomme de l’énergie.

De ce fait, il est possible en fin de journée de complètement vider les réserves. Et c’est là qu’en rentrant, le centre de gravité de la maison se retrouve dangereusement proche du canapé…

Muscler sa motivation

Si la motivation fonctionne comme un muscle, et qu’elle peut être vidée de ses réserves d’énergie, elle peut également se développer, gagner en endurance et en puissance !

L’idée, c’est donc de s’entraîner. Appliquer une résolution lucide après l’autre, “jouer dans sa catégorie” et construire petit à petit sa discipline. Personne ne se met à la course à pied et tente à sa première séance de battre le record du monde du 10 000m, tout comme on ne verra personne tenter son premier développé coucher avec tous les poids de la salle sur sa barre. Alors gardons cette diète parfaite et ces 4 séances de sport par semaine qui font 16 par mois et 192 par an pour notre horizon, notre ligne de mire. L’objectif de la prochaine séance, c’est de mettre un pas devant l’autre, pas plus.

Pour chacun de vos objectifs, il existe une première marche, une première étape au succès garanti. Vous voulez soigner votre alimentation ? Alors essayez de changer un peu vos habitudes pour initier le changement. Passez quelques minutes à collecter une dizaine de recettes simples et rapides à tester dans la semaine, tronquez la prochaine sortie fast-food avec vos amis par un dîner à la maison et cuisinez tous ensemble…

Votre objectif, c’est plutôt le sport et pourquoi pas une première course ? Démarrez un carnet d’entrainement, planifiez votre prochaine sortie, lisez quelques articles et faites le plein d’inspiration, prenez des notes.

Vous l’avez compris, il ne s’agit que de petites actions simples qui ne demandent que quelques minutes et qui vont, sans que vous vous en rendiez compte, vous mettre le pied à l’étrier. Et en investissant la même énergie par la suite, puisque vous partirez de vos acquis, vous allez progresser et atteindre à votre rythme tous vos objectifs.

Retrouver de la motivation dans la journée

Parlons maintenant de la récupération. Et si je vous disais qu’il existe deux façons très simples de mettre votre motivation au repos pendant la journée ? Deux astuces à la portée de tous qui nous permettent de disposer d’une rallonge d’énergie pour repartir de plus belle. Sacrément pratique non ?

Commençons par la plus rapide : la méditation ! Seulement 10 minutes de méditation suffisent pour recharger les batteries, et voici comment : en méditant, nous allons dans un premier temps focaliser notre attention sur notre respiration. Une inspiration, une expiration, une seconde inspiration… Au demeurant rien de plus simple, cependant, après quelques secondes, des pensées vont venir diviser notre attention. Et sans effort de notre part, nous allons finir par déplacer notre concentration sur ces pensées et placer notre respiration au second plan, puis l’oublier.

En continuant malgré tout à accorder de l’attention à notre respiration nous allons renforcer notre concentration et de là découle une foule d’effets tous plus bénéfiques les uns que les autres. Parmi eux, une amélioration de la concentration, un renforcement accru de la volonté et un recentrage cruciale dans notre quête de motivation !

La science de la méditation est un sujet follement passionnant que je vous invite fortement à explorer. Vous serez bluffé des répercutions sur le corps et la santé que nous sommes capables de mesurer précisément (de l’apaisement psychologique à l’allongement de nos chromosomes !).

Découvrez mes 8 astuces
pour être plus positif !

La seconde façon de faire récupérer notre muscle de la motivation, c’est le sommeil. Une sieste de 20 minutes permet de profiter des effets énergisants du sommeil lent sans lancer le corps dans une phase de récupération trop profonde, le sommeil paradoxal, dont il est parfois difficile d’émerger.

Peu intuitif il est vrai, dormir 20 minutes en rentrant du travail permet cependant de donner beaucoup de potentiel à sa fin de journée sans risquer de ne plus dormir le soir.

2 – Pourquoi le stress mène tout droit à la glande

Sujet de nombreuses études, le stress nous est maintenant bien connu, et s’il existe plusieurs approches pour le prévenir et le gérer, ses effets sur le corps, eux, ne font plus débats.

Stress, peur et anxiété placent le corps dans une quête de réconfort à laquelle nous avons tendance à répondre avec des solutions relativement dévastatrices (dévorer une plaque de chocolat et un paquet de gâteaux, s’enraciner dans son canapé avec son smartphone, etc.).

Le mécanisme est malheureusement très simple. Le stress fait grimper le taux de cortisol, qui a son tour, fait grimper le taux de dopamine. Ce neurotransmetteur lié à la recherche du plaisir nous pousse alors à fuir les contraintes et ce que l’on considère comme une punition.

C’est ainsi qu’une semaine de diète parfaite peut prendre fin avec un craquage compulsif après une situation particulièrement stressante, ou que les étudiants peuvent tronquer une pile de devoirs par une belle partie de console.

Diminuer son stress est donc une priorité lorsque l’on veut poser les bases d’un dynamisme durable. Et pour cela, les moyens sont nombreux ! Lâcher prise, visualisation… et méditation ! La boucle est bouclée, vous boostez votre motivation et vous en profitez pour shunter ce qui peut lui nuire !

3 – Comment notre entourage provoque nos réussites et nos chutes

Comme l’explique formidablement bien Benoit Kullmann, l’être humain est soumis à une contrainte d’imitation. La mémétique ou encore la théorie mimétique de René Girard nous renseignent depuis des années sur nos comportements, et parmi ces découvertes, c’est très certainement celle du neurologiste Vilayanur Ramachandran qui sera dans notre cas la plus parlante.

Mais pour vous en parler, je dois dans un premier temps évoquer les travaux de Giancomo Rizzolatti et les neurones miroirs. Une neurone miroir, c’est une neurone qui va s’activer à la vue de quelqu’un d’autre, effectuant une action.

Si je prends une pomme en main, certains de mes neurones moteurs vont s’activer et générer la commande « prendre la pomme dans ma main ». Jusque-là, rien d’étonnant. En revanche, ce que monsieur Rizzolatti a découvert, c’est que lorsque je vais prendre cette pomme en main, si je le fais devant vous, certains de vos neurones vont également s’activer. Comme si votre cerveau effectuait une simulation de mon action !

On pourrait alors penser que si vous regardez quelqu’un se faire toucher le bras, vos neurones miroirs vont alors simuler le ressenti de cette personne, et que vous allez de ce fait ressentir une pression sur votre bras. Hors ce n’est bien évidemment pas le cas et ce car les récepteurs de votre peau ne remontent aucune information à votre cerveau confirmant ce contact. Ils bloquent, en quelque sorte, les neurones miroirs.

De ce constat, Vilayanur Ramachandra a imaginé une expérience. Il a anesthésié le bras d’une personne, bloquant ainsi les informations envoyées par les récepteurs de sa peau, et l’a placé devant une seconde personne à qui il touchait le bras. Les neurones miroirs simulant l’action n’étant pas bloqués, ont amené la personne au bras anesthésié à ressentir un contact !

Fort du succès de son expérience, notre neurologiste a développé son expérience et, cette fois, a permis à des gens amputés d’un membre, de soulager des douleurs fantômes en les plaçant faces à des personnes se faisant masser. Cette dernière expérience est notamment à l’origine d’un dispositif aujourd’hui incontournable pour traiter les douleurs fantômes.

Quel est le lien avec la motivation et le fait de passer à l’action ? C’est très simple : si vous prenez en compte l’influence aussi insoupçonnable qu’incroyable des neurones miroirs et cette faculté d’imitation extrêmement puissante que possède l’être humain, vous comprendrez que votre entourage a la possibilité d’être un formidable vecteur de réussite comme un poids phénoménal !

Songez-y, portez attention aux influences de vos amis. Et si vous réalisez que votre entourage est plus dans la retenue qu’il ne se fait source d’encouragement et de motivation, pas de panique ! Sachez que maitriser la portée de votre entourage, autrement dit avoir conscience de son impacte, et savoir reconnaitre votre part de responsabilité dans vos moments d’égarement vous permettra de vous ménager et de renforcer votre volonté.

En quelques mots

Avec une meilleure appréhension des mécanismes qui régissent la motivation et la volonté, il est nettement plus simple d’apporter des changements à son mode de vie et de mettre en place de nouvelles routines. Et misez autant sur votre routine que vos amis ! Entourez-vous de personnes motivées qui partagent vos objectifs, enrôlez vos amis !

2 réflexions au sujet de “Comment se motiver pour maigrir et se mettre au sport ?

  1. Super article pour s’approcher d’une nouvelle résolution pour nos vies. Que ça soit le corps, le travail, la famille, le couple… tout est plus faisable quant on commence doucement et on se rende compte qu’on on vraiment capable de réussir. Chapeau!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mes ateliers en ligne

Vous voulez perdre du poids sainement et durablement ? Apporter les changements nécessaires pour ne pas reprendre de poids et être plus en forme ? Plus dynamique ? Et si vous vous inscriviez à l'atelier en ligne "L'équation de la perte de poids" ?
Vous voulez remettre votre corps au centre de vos priorité ? Vous désirez améliorer votre alimentation mais vous ne savez pas vraiment par où commencer ? Inscrivez-vous et apprenez les bases de la nutrition santé.
Comment passer à l’action ? Comment entretenir sa dynamique ? Et si c’était finalement très simple ? Boostez votre motivation grâce aux nombreux outils de cet atelier - dont vous récolterez les fruits pour de nombreuses années !