Rejoignez plus de 21 000 lecteurs !

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT MES 12 ASTUCES POUR MIEUX MANGER

Comment le travail vous rend heureux

Et si vous étiez en réalité plus heureux au travail que chez vous ? Et si votre bonheur était même en perdition une fois rentré du travail ?

L’idée d’expérience optimale ou de flow décrite par Mihaly Csikszentmihalyi nous a énormément renseigné sur les composants du bonheur ces dernières années. Les travaux de l’éminent psychologue hongrois combinés aux nombreuses recherches qu’ils ont initiés nous ont notamment permis d’identifier différents contextes propices au bonheur.

Et certains sont pour le moins surprenants au premier abord. Un exemple ? Nous sommes globalement plus heureux… au travail !

Alors, qu’entendons-nous par-là ? Comment l’explique-t-on ? Lumière sur le flow et les travaux du père de la psychologie positive !

L’expérience optimale, la formule du bonheur

Vous êtes-vous déjà laissé absorber par ce que vous étiez en train de faire au point de ne pas voir le temps passer ? Et qu’en est-il de cet état d’efficacité et de concentration intense dans lequel tout s’enchaine facilement, simplement et rapidement, y compris des tâches compliquées qui vous auraient, en temps normal, demandé plus d’effort et de temps ? Si cela vous est familier, alors vous avez déjà connu le flow.

Élaboré dans les années 70, le concept de flow ou d’expérience optimale décrit une configuration mentale bien spécifique et caractérisée par un pic de concentration, un plein engagement et une forte sensation de satisfaction.

Dans cet état, vous êtes pleinement absorbé par ce que vous faites, et ce, au point d’en perdre vos repères et votre lien avec le monde extérieur. Une lecture passionnante, une discussion incroyablement captivante et enrichissante, un après-midi de jardinage au soleil… Ces activités et bien d’autres encore sont susceptibles de vous plonger dans un flow agréable et stimulant.

Car tout est affaire de concordance ! Autrement dit, dès lors que votre attention est pleinement dirigée vers ce que vous faites, vous mettez le cap sur l’expérience optimale et le sentiment de joie spontanée qui l’accompagne. Et ce qu’importe la tâche ! Vous pouvez monter des pièces automobiles dans une chaine et effectuer les gestes les plus répétitifs qui soient, si vous êtes pleinement à ce que vous faites, dans l’instant, alors vous finirez absorbés et satisfaits.

Un phénomène mis en évidence par l’Experience Sampling Method (ESM), une expérience relativement astucieuse élaborée dans les années 80 par Mihaly Csikszenthmihalyi et son collègue Robert Larson. Son fonctionnement est très simple : donner un beeper à des cobayes et leur demander, à chaque sonnerie, de répondre à des questions portant sur ce qu’ils sont en train de faire et ce à quoi ils pensent.

En demandant également aux participants d’évaluer systématiquement leur niveau de bonheur, les deux chercheurs ont pu observer une corrélation très intéressante. Plus ce à quoi pensaient les sujets était lié à ce qu’ils étaient en train de faire, plus ils étaient heureux. Autrement dit, plus ils étaient centrés et concentrés sur leur tâche, plus ils ressentaient de la joie et de la satisfaction.

Pourquoi le travail nous rend heureux ?

Et c’est bel et bien pendant leurs heures de travail que les sujets de cette étude ont rapporté un « niveau de bonheur » plus élevé. Une constatation finalement pas si étonnante au regard de ce lien entre l’attention et l’action.

En effet, lorsque nous sommes au travail, nos actions sont déterminées par notre poste, ce pourquoi nous avons été engagés. Notre attention quant à elle, de par le caractère professionnel de notre occupation, est plus enclin à être dirigée vers ce que nous sommes en train de faire. On obtient ainsi un cadre très favorable à cet alignement de l’attention et de l’action, propice au flow et donc au bonheur.

Le mot d’ordre : focus

Parmi les sujets de cette étude, les ouvriers ayant rapportés un bonheur plus prononcé se sont par exemple souvent donnés des challenges de productivité. Essayer de monter le plus de pièces en 30 minutes, de terminer ses objectifs avant leurs collègues au cours d’un challenge collectif, etc.

Qu’importe la tâche, ce qui compte, au regard du flow et donc du bonheur que cet état procure, c’est d’être pleinement à ce que l’on fait, dans l’instant. C’est le plein engagement.

Pour illustrer le flow au travail, Mihaly Csikszenthmihalyi mentionne très souvent la profession de chirurgien. En effet, y a-t-il une personne plus centrée qu’un chirurgien en pleine opération ? Beaucoup d’entre eux parlent de leur intervention comme un art et évoquent une performance collective réalisée « dans une bulle », comme un véritable ballet joué par personnel médical au cours de l’opération… Leur expérience est transformée ! Ils expérimentent très régulièrement cet état de flow et ce sentiment de joie et de satisfaction qui en résulte. Preuve en est : malgré un salaire conséquent, bon nombre de chirurgiens tardent à prendre leur retraite.

Pourquoi le week-end est-il dangereux

A l’inverse, bien que nous attendions le week-end avec impatience, il s’agit globalement d’une « zone à risque » concernant le flow et notre bonheur.

L’expérience du beeper a rapporté un « niveau de bonheur » moins élevé durant le temps libre car, bien que très attendu, centre de nombreuses discussions et d’une attention toute particulière durant la semaine, le week-end peine à pleinement nous satisfaire. Pourquoi ? Parce que l’on ne retrouve pas le cadre de notre travail et son contexte propice à l’alignement de l’attention et de l’action.

Nous avons des milliers d’idées, des envies, et aucun cadre pour pleinement les vivres. Notre attention est dispersée et bien trop libre pour suivre nos occupations sur le moment. Nous démarrons une activité et nous pensons très vite à la suite, à ce que l’on voudrait également faire, à tout sauf à ce que nous sommes en train de faire.

A l’exception de sujets fortement impliqués dans des activités extra-professionnelles et bénéficiant ainsi d’une certaine structure, l’expérience révèle une baisse du « niveau de bonheur » durant le temps libre, rendant le travail plus propice au bonheur !

Utiliser le flow pour être plus heureux

Les nombreuses recherches effectuées sur le flow et la mise en lumière de cette corrélation entre l’attention et l’action nous donne les moyens d’influencer volontairement notre bien-être. Et ce d’une façon extrêmement simple !

En limitant autant que possible le « multi-tâche », en accordant son temps et son attention à ce que nous sommes en train de faire (qu’il s’agisse d’une corvée ou d’une activité récréationnelle), nous allons dans le sens de l’expérience optimale.

Un argument de plus en faveur de la pleine conscience ! Conscience de l’instant, de ce que nous faisons, des personnes qui nous entourent. Et s’il est très facile de se faire absorber par notre mode de vie globalement porté sur le « tout tout de suite », le « tout à la fois » et l’anticipation, de nombreux outils sont à notre disposition pour freiner cette dispersion.

La lecture, par exemple, est un excellent capteur d’attention. Il s’agit surement du chemin le plus rapide vers le flow ! Et que dire d’une agréable discussion au sujet de votre plus grande passion !

La télévision et les jeux vidéo offrent certes la perte du repère temporel mais on ne peut bien évidemment pas évoquer l’utilisation de compétences, le contrôle de l’activité ou encore la motivation intrinsèque, caractéristiques établis du flow. L’attention est purement passive.

Cherchez la stimulation, cherchez à développer vos passions, à débattre, à opter pour l’effort facile – pas l’effort passif mais celui qui marche à la passion. Considérez l’instant, vos amis, votre environnement.

Je ne saurais conclure sans mettre en évidence l’excellent apport que représente, dans notre cas, la méditation. Pratiquée quelques minutes par jour, elle suffit à calmer le rythme de nos journées aux folles cadences et nous donne les moyens d’apprécier l’instant avec plus de conscience.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mes ateliers en ligne

Vous voulez perdre du poids sainement et durablement ? Apporter les changements nécessaires pour ne pas reprendre de poids et être plus en forme ? Plus dynamique ? Et si vous vous inscriviez à l'atelier en ligne "L'équation de la perte de poids" ?
Vous voulez remettre votre corps au centre de vos priorité ? Vous désirez améliorer votre alimentation mais vous ne savez pas vraiment par où commencer ? Inscrivez-vous et apprenez les bases de la nutrition santé.
Comment passer à l’action ? Comment entretenir sa dynamique ? Et si c’était finalement très simple ? Boostez votre motivation grâce aux nombreux outils de cet atelier - dont vous récolterez les fruits pour de nombreuses années !